la validité d'une œuvre d'art

La Validité d’une Œuvre d’Art : (La Mise en Abyme de l’Authenticité)

Ce travail se compose de trois parties. La première partie, une feuille de papier A4, blanche et vierge, est le point de départ du triptyque. Elle est maintenue précautionneusement au mur par quatre « poches » adhésives, dans lesquelles les coins de la feuille sont insérés. Ni colle, ni perforation, ni pincement, juste un soutien bénin lui est conféré. Immaculée, elle ressemble à ses milliards d’autres consœurs prêtes à l’emploi.

Trois caractéristiques suscitent mon intérêt : la qualité physique du papier, l’aspect intact et fragile de ce matériau, et finalement, l’insignifiance de cet objet rendu banal par une omniprésence à toute épreuve et une production dont la quantité dépasse notre entendement. Toutefois, si l’apparence inaltérée de la feuille de papier présente l’une des matrices de ce travail, elle entraîne aussi une problématique : comment la différencier d’une feuille de papier conventionnelle, et l’identifier comme une œuvre d’art ? En d’autres termes, comment valider ce nouveau statut si éloigné de celui, originel et fonctionnel, d’une feuille de papier A4 ?
L’apposition d’une signature est irrecevable : la signature entacherait la feuille et contredirait l’insignifiance revendiquée, et rendrait l’œuvre d’art potentiellement trop reconnaissable. Une solution est d’exporter le seing, de l’installer en dehors de la feuille blanche ; autrement dit, de l’accompagner d’un engagement stipulant son rôle d’œuvre d’art. Parole à la fois irréfutable car émanant de l’auteur mais peu crédible pour autrui si elle ne possède pas un certain crédit. Avec un certificat d’authenticité, la confiance est assurée et la « rassurance » pour le sceptique, rétablie. Afin de renforcer l’autorité du certificat, un sceau se rallie à la cause de la signature.
S’ensuit un autre certificat, qui atteste avec une vigueur sans précédent, la légitimité du premier. Ce deuxième certificat est rédigé par un notaire, le garant officiel de vérité. Au moyen de son influence, il fortifie l’affirmation du certificat antérieur, accrédite une fois pour toutes une feuille A4 vierge comme une œuvre d’art originale.
Le pouvoir du notaire surclasse le mien en ce qu'il a capacité à déléguer de la crédibilité à quelque chose qui semble invraisemblable, en l’occurrence une feuille inaltérée est une œuvre d’art. Je conçois et confectionne l’ouvrage, et lui, y place de la valeur, y délivre la légitimité. Plus qu’un exécutant, le notaire devient l’alter ego qui rend l’existence de cette œuvre d’art possible.
Le certificat n’est pas une anecdote, mais se dote d’une portée égale à celle de la feuille blanche, l’élément qu’elle intronise. Comportement insolite pour un certificat, puisqu’il est une sorte d’accessoire dont l’objectif est de promouvoir quelque chose de plus éminent que lui. Dès lors, où réside réellement la valeur : dans l’élément certifié ou dans le certificat ?

Tout compte fait, la mention selon laquelle « la feuille de papier A4 vierge […] est une œuvre d’art originale », s’avère aussi insuffisante que confuse. Cela saute aux yeux, La Validité d’une Œuvre d’Art #1.1 est un triptyque, et les deux autres éléments ne sont pas des auxiliaires. À ce compte, la feuille vierge ne l’est plus vraiment, car ce qui fait d’elle une œuvre d’art est inscrit à côté d’elle, dans sa prolongation.

K.L.

installation murale;
exemplaire 1/5;
triptyque.

date de réalisation: automne 2011;
date de conception: 2009;
feuille de papier A4 (quelconque), coins transparents en plastique (panodia), papier couché mat qualité photo (102g/m2) epson, cire à cacheter, chêne, verre;
impression : epson stylus photo r360 ;
certificat du notaire: gilles colet et catherine dreyfuss, strasbourg, france;
réalisation des cadres: encadrement des bateliers (mathilde lebeau), strasbourg, france;
dimensions d’ensemble: 37 x 113 x 2 cm;
dimensions individuelles: 1x (29,7 x 21 cm), 2x (37 x 28,3 x 2 cm).
session photos 1: 19 novembre 2011.

installation murale;
exemplaire 1/5;
triptyque;
extrait 1.

date de réalisation: automne 2011;
date de conception: 2009;
papier couché mat qualité photo (102g/m2) epson, cire à cacheter, chêne, verre;
impression : epson stylus photo r360 ;
certificat du notaire: gilles colet et catherine dreyfuss, strasbourg, france;
réalisation des cadres: encadrement des bateliers (mathilde lebeau), strasbourg, france;
dimensions individuelles: 2x (37 x 28,3 x 2 cm).
session photos 1: 19 novembre 2011.

installation murale;
exemplaire 1/5;
triptyque;
extrait 2.

date de réalisation: automne 2011;
date de conception: 2009;
papier couché mat qualité photo (102g/m2) epson, cire à cacheter, chêne, verre;
impression : epson stylus photo r360 ;
certificat du notaire: gilles colet et catherine dreyfuss, strasbourg, france;
réalisation des cadres: encadrement des bateliers (mathilde lebeau), strasbourg, france;
dimensions individuelles: 2x (37 x 28,3 x 2 cm).
session photos 1: 19 novembre 2011.